Roland Lapointe

Un homme qui a du chien

Roland Lapointe, auteur du roman Delirium Café.

Depuis toujours, Roland Lapointe écrit des mots pour exorciser ses maux. Il était donc tout naturel qu’un roman naisse de la mort de son bistro-bar. Comme le Phoenix, le Delirium Café renaît de ses cendres avec le premier roman de cet auteur au style particulier. Bien que l’action se déroule à Verdun, l’histoire a été presque entièrement écrite dans la Vieille Capitale, où Roland s’est exilé durant deux ans pour prendre le recul nécessaire et coucher sur papier cette période compliquée de sa vie. Autodidacte et lecteur avide, ses influences sont variées : de Asimov à Zelazny, en passant, entre autres, par Jacques Poulin, Donald Westalke, Michael Moorcock, Arthur Conan Doyle et Denis Lehane.

Publicités
Cet article, publié dans Roland Lapointe, est tagué , , , , , , , , . Ajoutez ce permalien à vos favoris.

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s